Les Origines du Gong

Dans l’histoire de la Chine, les gongs sont mentionnés pour la première fois chez le peuple HISYU, qui fleurit aux alentours de 500 ans après J.C. dans la région se situant entre Burma et le Tibet, sous le règne de l’empereur Hsuan Wu. Dans la chine ancienne le gong était utilisé pour marquer le début ou la fin d’un événement important, spécialement au sein des familles nobles ou dans la cour impériale. Le gong, avec sa forme circulaire métallique, est généralement composé d’un alliage de cuivre et d’étain (du bronze). La majorité des gongs sont suspendus à un support par une corde qui passe à travers deux trous percés sur leurs rebords. Il existe un grand nombre de gongs de formes et de tailles diverses (de 10cm à plus de 2m de diamètre). En tant qu’instrument de musique, le gong était utilisé au cours de célébrations variées, à l’occasion de cérémonies funéraires, de chants et de pièces de théâtre. Dans les cercles asiatiques hautement cultivés il était l'instrument incontournable de tout orchestre digne de ce nom.

 

En Inde et au Tibet les gongs ont toujours eu une place prépondérante dans les temples où ils rythment encore de nos jours les cérémonies, les méditations et les offrandes. Leurs résonances multi-harmoniques ajoutées à leur puissance sonore extraordinaire, en font des outils énergétiques à part entières.

COPYRIGHT © 2017-2020 par Serenity Ôm - Grégory PAPON

Tous droits reservés - toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now